Le Bistro du Clos fait son entrée au Guide Michelin, avec un Bib gourmand

Michelin. 14 nouveaux « Bib gourmand » en PACA
Michael Ellis en personne, directeur international des guides Michelin, est venu à Nice présenter le nouveau guide « Bonnes petites tables du guide Michelin 2014 » et les nouvelles adresses distinguées d’un Bib gourmand.

C’est au restaurant Le comptoir du marché à Nice, la seconde adresse d’Armand Crespo, et l’un des nouveaux élus de cette sélection, que le directeur international a convié la presse spécialisée à la présentation de l’édition du guide 2014 et des nouvelles adresses distinguées d’un Bib gourmand en Provence-Alpes-Côte d’Azur. « C’est avant tout le coup de cœur des inspecteurs » précise en introduction le directeur franco-américain qui poursuit que la sélection « s’effectue sur deux critères, une cuisine de bonne qualité (produits, maîtrise des cuissons, harmonie des saveurs) et des prix mesurés« .

C’est donc sur ces critères qu’on été choisies 14 nouvelles tables, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Les santons à Moustiers-Ste-Marie, dans les Alpes-Maritimes, Le bistrot Saint-Sauveur Le Cannet, La forge à Carros village, L’amandier à Mougins, Le comptoir du marché, La Méranda et Les pêcheurs à Nice, Le bistro du Clos Le Rouret, La farigoule à Vence, dans les Bouches-du-Rhône, le Bistro à côté à Arles, dans le Var, Le bistrot de Jef à La Cadière d’Azur, Les voiles à Saint-Raphaël et dans le Vaucluse, La balade des saveurs à  L’Isle-sur-la-Sorgue et le Bistro du’O à Vaison-la-Romaine.

Ces nouveaux sélectionnés portent à 61 le nombre de « Bib gourmand » dans la région, sachant que 8 établissements ont perdu leur distinction, La treille muscate à Moustiers Sainte-Marie, L’escapade à Beuil, Les bartavelles à Mandelieu-La Napoule, l’Auberge Le Robur à Roure Auberge, Les mélèzes à Tende, Le vieux couvent et La litote à Vence et Le péché gourmand à Briançon. « Ce guide répond à une demande du public, qui, dans un contexte économique difficile, cherche le meilleur rapport qualité-prix » conclut Michael Ellis.